Russian (CIS)French (Fr)English (United Kingdom)
...

Si moi j'ai le plus beau compliment à faire à un chanteur, c'est ça: il a sa signature. Tu l'entends chanter, t'as pas besoin de connaître la chanson, c'est Daniel Lavoie.

Bruno Pelletier

Musique

Enregistrement/Entrée
Maintenant sur le site
Accueil

Maurane s'amuse comme une gamine

maurane

13-06-2012 | 23h19
MONTRÉAL – Quand Maurane reçoit ses amis, ça se fait dans l’humour, la tendresse et l’émotion. Celle que plusieurs considèrent comme l’une des plus belles voix françaises s’est produite en formule «carte blanche», mercredi, sur les planches du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, dans le cadre des FrancoFolies de Montréal.
Pour s’amuser avec elle le temps d’un spectacle, Maurane avait fait appel à des amis de longue date et à des artistes qu’elle admire. Tour à tour au fil de la prestation, Daniel Lavoie, Michel Fugain, Antoine Gratton, Catherine Major, Isabelle Boulay, Daran, Roch Voisine, et Véronic Dicaire sont venus se commettre en duo avec l’auteure-compositrice au cœur d’enfant.
C’est toutefois seule que la dame de 52 ans a ouvert son tour de chant. Coquine dans sa robe rouge un brin moulante, Maurane a esquissé quelques pas de danse langoureux sur les notes de L’un pour l’autre et Fais soleil, un morceau, a-t-elle raconté tout de suite après, qu’elle a composé à l’âge de 16 ans. Se définissant comme une éternelle midinette, romantique et fleur bleue, la vedette a ensuite enchaîné avec la très belle Opus en si bel homme majeur.
Le premier fou rire de la soirée a éclaté lorsque la chanteuse belge s’est mise à blaguer à propos d’un succès qui lui colle à la peau depuis plus de 20 ans et envers lequel elle éprouve un véritable «ras-le-bol». Anticipant aussitôt les premières mesures de Pas gaie la pagaille, le parterre a laissé échappé un murmure d’aise… qui s’est rapidement transformé en hilarité générale lorsque Maurane a achevé sa phrase. «Vous ne me pardonneriez pas de ne pas chanter Sur un prélude de Bach!», a-t-elle martelé, convaincante.
Or, une autre surprise attendait les spectateurs à ce moment précis. Daniel Lavoie est venu rejoindre Maurane au milieu du premier couplet, suscitant dès son entrée une vague d’applaudissements. Peu bavard, l’homme a néanmoins inséré un inattendu «Moi, je traîne ma casserole» dans ses paroles, un beau clin d’œil à l’actualité du moment.
Mais le fameux succès radiophonique de 1989 n’a pas tardé à venir. «Celle-là, si je ne la chante pas, vous allez être en tabarnac», a laissé tomber la coquine avec un accent québécois simulé à la perfection. L’assistance lui a donné raison, entonnant avec vigueur le Pas gaie la pagaille du refrain.
Grand moment d’émotion lorsque Lou, la fille de 18 ans de Maurane, a rejoint sa maman pour entonner avec elle Pas belle, véritable lettre d’amour d’une mère à sa fille. La brune jeune femme, qui n’avait jamais réellement chanté en public, a eu droit à une touchante ovation debout à la fin du morceau.
Michel Fugain, que Maurane idolâtrait littéralement à l’adolescence («j’étais une groupie», a-t-elle avoué) a partagé avec elle Fais-moi une fleur, avant qu’Antoine Gratton ne vienne prendre le relais au son de Différente. Catherine Major (avec Boire dans le même rêve) et Isabelle Boulay (sur La complainte de la serveuse automate) ont aussi conquis la foule.
La première partie du concert était assurée par l’auteur-compositeur Clément Jacques, qui a présenté le matériel tiré de son dernier album, Le maréographe, paru en août dernier.

Marie-Josée Roy


 Sur photo: Maurane et Daniel Lavoie au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, le 13 juin 2012.

http://fr.canoe.ca/divertissement/musique/nouvelles/archives/2012/06/20120613-231936.html